Skip to main content

Améliorer les soins grâce aux données probantes

Symptômes comportementaux de la démence

Soins des patients dans les hôpitaux et des résidents dans les maisons de soins de longue durée

Cliquez ci-dessous pour voir une liste de brefs énoncés de qualité et déroulez la page pour plus de détails.​​


Les normes de qualité sont un ensemble d'énoncés consis conçus pour aides les professionelles et professionels de la santé à savoir facilement et rapidement quels soins ils doivent fournir, compte tenu des meilleures preuves qui soient.​

Consultez ci-dessous les énoncés de qualité et cliquez pour en savoir plus.


Énoncé de qualité 1 : Évaluation complète
Les gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité reçoivent une évaluation interprofessionnelle complète lorsque les symptômes sont décelés pour la première fois et après chaque transition en matière de soins.


Énoncé de qualité 2 : Plan de soins individualisés
Les gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité ont un plan de soins individualisés qui est élaboré, mis en place, révisé périodiquement avec le personnel soignant et accepté par les subrogés. La révision et la mise à jour en continu des plans de soins comprennent la documentation des symptômes comportementaux et les réactions lors des interventions.


Énoncé de qualité 3 : Interventions non pharmacologiques individualisées
Les gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité reçoivent des interventions non pharmacologiques adaptées à leurs besoins, à leurs symptômes et à leurs préférences spécifiques, comme indiqué dans leur plan de soins individualisés.


Énoncé de qualité 4 : Indications pour les médicaments psychotropes
Les gens souffrant de démence reçoivent des médicaments psychotropes aidant à atténuer leur agitation ou leur agressivité seulement lorsqu’ils représentent un danger pour eux-mêmes ou les autres, ou s’ils sont en état de détresse grave.


Énoncé de qualité 5 : Dosage et surveillance de médicaments psychotropes
Les gens souffrant de démence à qui on prescrit des médicaments psychotropes pour aider à atténuer les symptômes d’agitation ou d’agressivité sont démarés sur de faibles doses qui sont augmentées graduellement jusqu’à ce qu’on obtienne la dose minimum efficace pour chaque patient à l’intérieur de la plage appropriée. Les symptômes ciblés pour l’utilisation de médicaments psychotropes sont surveillés et documentés.


Énoncé de qualité 6 : Changements de médicaments psychotropes
Les gens souffrant de démence à qui on prescrit des médicaments psychotropes pour aider à atténuer les symptômes d’agitation ou d’agressivité ont leur médication interrompu et passent à un autre médicament psychotrope si les symptômes ne s’atténuent pas après une période maximale de 8 semaines. Les médicaments inefficaces sont retirés afin d’éviter la polypharmacie. Les raisons pour les changements de médicament et la considération d’autres médicaments psychotropes sont documentées.


Énoncé de qualité 7 : Révision des médicaments pour la réduction de la dose ou l’arrêt de la médication
Les gens souffrant de démence à qui on prescrit des médicaments psychotropes pour aider à atténuer les symptômes d’agitation ou d’agressivité font l’objet d’une révision des médicaments périodique et documentée afin d’envisager la réduction de la dose ou l’arrêt de la médication.


Énoncé de qualité 8 : Contentions mécaniques
Les gens souffrant de démence ne doivent pas être retenus à l’aide de contentions mécaniques afin de gérer leur agitation ou leur agressivité.


Énoncé de qualité 9 : Consentement informé
On présente les risques et les avantages des options de traitement aux gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité et on obtient le consentement informé qui est documenté avant l’administration du traitement. Si une personne souffrant de démence est incapable de fournir son consentement pour le traitement proposé, le consentement informé est fourni par le subrogé.


Énoncé de qualité 10 : Équipe interprofessionnelle de soins spécialisés
Les gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité ont accès aux services d’une équipe interprofessionnelle offrant des soins spécialisés pour traiter leurs symptômes comportementaux et psychologiques de la démence.


Énoncé de qualité 11 : Formation et éducation des fournisseurs de soins
Les gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité reçoivent des soins de fournisseurs de soins ayant reçu la formation et l’éducation nécessaires pour l’évaluation et la gestion de la démence et de ses symptômes comportementaux.


Énoncé de qualité 12 : Formation et éducation du personnel soignant
Le personnel soignant des gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité ont accès à une formation et à une éducation complètes sur la démence et les symptômes comportementaux connexes. Cette formation et cette éducation comprennent des stratégies de gestion qui sont alignées avec les plans de soins des gens touchés.


Énoncé de qualité 13 : Environnement de soins adéquat
Les gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité dont les symptômes comportementaux ont été traités avec succès sont placés dans un environnement de soins adéquat dès que possible.


Énoncé de qualité 14 : Transitions en matière de soins
Les gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité qui font une transition vers un nouvel environnement ont accès à une équipe ou un fournisseur de soins responsable de la coordination et de la communication. Cette équipe ou ce fournisseur de soins garantit la transmission de renseignements complets et exacts à la famille, au personnel soignant et aux fournisseurs de soins destinataires avant la transition.

7

Révision des médicaments pour la réduction de la dose ou l’arrêt de la médication

Les gens souffrant de démence à qui on prescrit des médicaments psychotropes pour aider à atténuer les symptômes d’agitation ou d’agressivité font l’objet d’une révision des médicaments périodique et documentée afin d’envisager la réduction de la dose ou l’arrêt de la médication.


La preuve de l’efficacité d’un médicament psychotrope pour le traitement des symptômes comportementaux de la démence est généralement basée sur les essais à court terme (p. ex., 12 à 20 semaines); l’avantage à long terme (p. ex., maintien) de la pharmacothérapie n’est pas clair. Étant donné le risque d’évènements indésirables graves lié à ces types de médicaments, les gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité à qui on prescrit des médicaments psychotropes doivent être évalués périodiquement par une équipe interprofessionnelle pour la réduction de la dose ou l’arrêt de la médication lorsque les symptômes comportementaux se sont atténués. Cependant, il est important de considérer le risque de rechute des symptômes comportementaux pendant la médication ou après le sevrage de la médication.

Pour les patients

Vos médicaments doivent faire l’objet d’une révision périodique afin de vérifier si la dose peut être réduite ou si on peut cesser la médication.


Pour les cliniciens

Si on prescrit un médicament psychotrope à une personne souffrant de démence, effectuer et documenter une révision des médicaments au moins une fois par mois en centre hospitalier ou tous les 3 mois dans une maison de soins de longue durée afin de déterminer si la dose peut être réduite ou si on peut cesser la médication.


Pour les services de santé

S’assurer que les hôpitaux et les maisons de soins de longue durée ont des systèmes, des processus et des ressources en place pour effectuer périodiquement la révision documentée des médicaments des gens à qui on prescrit des médicaments psychotropes. Ces révisions doivent être effectuées au moins une fois par mois à l’hôpital ou tous les 3 mois dans une maison de soins de longue durée.

Indicateur de processus

Pourcentage de gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité qui prennent des médicaments psychotropes et pour lesquels on a effectué une révision des médicaments (au cours du dernier mois en centre hospitalier ou dans les 3 derniers mois dans une maison de soins de longue durée)

  • Dénominateur : nombre total de gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité qui prennent un médicament psychotrope

  • Numérateur : nombre de gens du dénominateur qui ont fait l’objet d’une révision des médicaments (au cours du dernier mois en centre hospitalier ou dans les 3 derniers mois dans une maison de soins de longue durée)

  • Source de données : collecte de données locales

Pourcentage de gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité qui prennent un médicament psychotrope et dont la dose a été réduite ou dont la médication a cessé suivant une révision des médicaments

  • Dénominateur : nombre total de gens souffrant de démence et présentant des symptômes d’agitation ou d’agressivité qui prennent un médicament psychotrope et qui ont fait l’objet d’une révision des médicaments

  • Numérateur : nombre de gens dans le dénominateur dont la dose de médicament psychotrope a été réduite ou dont la médication a cessé à la suite d’une révision des médicaments

  • Source de données : collecte de données locales

Révision des médicaments

Cette procédure doit être effectuée au moins une fois par mois en centre hospitalier et tous les 3 mois dans une maison de soins de longue durée, ou plus fréquemment selon les besoins cliniques.


Médicaments psychotropes

Ces catégories de médicaments psychotropes sont généralement utilisées pour atténuer les symptômes d’agitation et d’agressivité des gens souffrant de démence :

  • Antipsychotiques

  • Antidépresseurs

  • Normothymiques

  • Benzodiazépines

  • Autres soporifique

Aidez-nous à améliorer le système de santé pour tous les Ontariens

Participez à notre programme de consultation des patients, des familles et du public

Les patients, les familles et le public jouent un rôle essentiel dans le processus d’amélioration de la qualité des soins de santé

Claude Lurette et Kowsiya Vijayartnam, coprésidents du Conseil consultatif des patients, des familles et des personnes soignantes de Qualité des services de santé Ontario

Abonnez-vous à notre bulletin

La qualité des soins pour tous les Ontariens vous tient à cœur? Tenez-vous au courant de nos nouveaux programmes, rapports et infos

Sign Up for our Newsletter