Skip to main content
Back

Blogue

Anonym

L’importance des données probantes dans un système de santé apprenant

Qualité des services de santé lance son nouveau plan triennal d’élaboration de recommandations et de normes de qualité fondées sur des données probantes.

Notre système de santé est en constante évolution. Chaque jour, nous constatons de nouveaux tests de diagnostic, traitements et modes de prestation de soins.

Tout le monde souhaite recevoir des soins d’excellence qualité appropriés, mais ce n’est pas évident quand les options sont multiples. Par exemple : Supposons qu’un de vos proches vient de recevoir un diagnostic de défaillance cardiaque. Vous voudrez sûrement savoir quel serait le traitement le mieux approprié à cette personne. La dernière option sur le marché est-elle la meilleure? Pour prendre des décisions concernant les soins étayés par des connaissances optimales, les cliniciens utilisent souvent un paradigme appelé « médecine fondée sur des données probantes », approche internationale reconnue qui trouve ses origines ici en Ontario à McMaster University.

Autrement dit, la médecine fondée sur des données probantes incorpore les résultats de la recherche au savoir-faire clinique et aux valeurs des patients.

Cette import étude qui a été publiée récemment dans le New England Journal of Medicine et se penchait sur les normes généralement acceptées en matière de tension artérielle systolique chez les personnes qui font de l’hypertension, est un exemple de la manière dont les données probantes peuvent modifier les façons de procéder. Auparavant, il était recommandé que la pression systolique ne dépasse pas 140 mmHg. Mais les résultats de cette nouvelle étude suggèrent qu’on pourrait réduire le nombre de décès dus à l’hypertension artérielle si la limite était abaissée à moins de 120 mmHg

Je suis médecin de famille et je sais que tous mes patients ne seront pas d’accord avec l’idée d’abaisser le niveau maximal recommandé pour la tension artérielle systolique. Les médicaments supplémentaires souvent requis pour faire descendre la tension artérielle systolique à moins de 120 mmHg provoquent parfois des étourdissements et accroissent le risque de chute. Certains n’auront pas les moyens d’acheter le médicament, tandis que d’autres refuseront tout simplement de le prendre. Mais, compte tenu de ces nouvelles données probantes, je sais que je vais parler autrement avec mes patients de la façon de gérer l’hypertension. C’est ainsi qu’en centrant les soins sur le patient et de communiquer clairement les risques et les bénéfices d’une option de traitement, on concilie les données probantes avec le savoir-faire clinique et les valeurs des patients.

La médecine fondée sur des données probantes se prête à un bon travail d’amélioration de la qualité, elle nous incite à évaluer ce que nous faisons, à faire preuve de transparence dans nos résultats et à modifier nos façons de procéder lorsque les données probantes changent. Un bon travail d’amélioration de la qualité repose sur des données probantes de qualité supérieure.

Dans le cadre de son mandat visant à améliorer la santé de tous les Ontariens et Ontariennes, Qualité des services de santé utilise des méthodes scientifiques rigoureuses et consulte toutes sortes d’experts, patients et aidants compris, afin d’identifier, d’évaluer et d’interpréter les données probantes relatives à une vaste gamme d’interventions, qui comprennent des tests de diagnostic, des appareils, des procédures, voire même des programmes et politiques. Nous avons un comité consultatif respecté à l’échelle internationale, le Comité consultatif ontarien des technologies de la santé (CCOTS), qui utilise cette information pour faire des recommandations au ministre de la Santé et des Soins de longue durée.

Nous disposons désormais d’un nouveau plan pour faire encore davantage. Les données probantes pour atteindre l'excellence constituent notre feuille de route sur la façon dont nos efforts de perfectionnement évolueront au cours des trois prochaines années. Il guidera notre travail sur les recommandations fondées sur des données probantes ainsi que notre nouveau programme de normes de qualité prometteur.

Nous avons déjà commencé à étoffer et à élargir notre travail dans ce domaine. Nous établissons actuellement nos trois premières normes de qualité pour améliorer les soins prodigués aux personnes atteintes de schizophrénie, de démence et de dépression sévère. Chaque norme de qualité est un ensemble concis de recommandations fortes qui reposent sur des données probantes, associées à des indicateurs du rendement. Nous collaborerons avec les partenaires du système de santé pour établir et appuyer l’adoption d’une gamme croissante de normes de qualité dans les domaines pour lesquels il est urgent d’améliorer la qualité en Ontario.

Nous publierons des guides décrivant les méthodes et les processus détaillés que nous utilisons. Nous élargirons notre production en collaborant avec d’autres et en améliorant notre efficacité. Je suis heureux d’annoncer que nous avons déjà réduit de quatre mois le temps nécessaire au CCOTS pour produire une recommandation. Nous allons aussi créer un tableau de bord en ligne qui suit les sujets par l’entremise de nos comptes rendus et présente les mesures qui suivent nos recommandations après leur publication.

De concert avec nos partenaires du système de santé, nous élargirons nos efforts pour surveiller et appuyer l’adoption de nos recommandations. Nous établirons une stratégie de recherche afin de combler les lacunes dans les données probantes qui se rapportent à nos recommandations. Nous renforcerons nos partenariats avec les décideurs, l’industrie, mais surtout, nous ferons participer plus étroitement les patients et les aidants à notre travail.

Finalement, je tiens à souligner que nous n’aurions pu créer ce plan sans la participation de nombreuses personnes. Nous avons consulté nos collègues et les organismes partenaires pour nous assurer que nous allons dans la bonne voie et avons affiché une ébauche du plan sur notre site Web aux fins de commentaires du public.

Cliquez ici. pour consulter la feuille de route dans son intégralité. Ne manquez pas de visiter notre site Web régulièrement pour nous faire savoir ce que vous pensez de nos dernières recommandations fondées sur des données probantes (cliquez ici pour lire et commenter notre travail).

Article Suivant Aidez-nous à montrer la voie: voici notre nouveau programme d’établissement de normes de qualité
Imprimer

Faire un commentaire

Nom:
Courriel:
Commentaire:
Ajouter un commentaire

Name:
Email:
Subject:
Message:
x

Aidez-nous à améliorer le système de santé pour tous les Ontariens

Participez à notre programme de consultation des patients, des familles et du public

Les patients, les familles et le public jouent un rôle essentiel dans le processus d’amélioration de la qualité des soins de santé

Claude Lurette et Kowsiya Vijayartnam, coprésidents du Conseil consultatif des patients, des familles et des personnes soignantes de Qualité des services de santé Ontario

Abonnez-vous à notre bulletin

La qualité des soins pour tous les Ontariens vous tient à cœur? Tenez-vous au courant de nos nouveaux programmes, rapports et infos

Sign Up for our Newsletter