Skip to main content
Back

Blogue

Un groupe travaille autour d’une table
Dr. Joshua Tepper

Apprendre la science de l’AQ

L’amélioration de la qualité (AQ) est une science, et non de la magie, et doit être enseignée aussi régulièrement et avec autant de rigueur que toute autre discipline scientifique de la santé. Cet enseignement n’est pas un exercice, mais une nécessité, et il doit bien se faire si on veut que le système de santé s’améliore.

Le Dr Roger Wong, doyen associé des études médicales de cycle supérieur à l’University of British Columbia et auteur d’un ouvrage publié en 2015 sur l’enseignement de l’amélioration de la qualité en médecine, écrit dans la préface : « il n’y a pas de curriculum unique pour enseigner l’AQ en médecine, bien que l’AQ soit une matière obligatoire que tous les médecins doivent apprendre ...» Des articles scientifiques parus au cours des dernières années soulignent une absence similaire de cohérence dans la formation du personnel infirmier en AQ.

Toutefois, il est crucial que les membres du personnel soignant apprennent à fournir des soins de qualité si on veut favoriser une culture de service comme le souligne le rapport de Qualité des services de santé Ontario : La qualité ça compte: Réaliser l’excellence des soins pour tous.

Pour enseigner l’amélioration de la qualité, il faut comprendre les notions théoriques qui assurent l’efficacité de ces approches.

L’argument a été bien présenté par deux médecins canadiens affiliés à l’Université Western Ontario dans une lettre envoyée récemment au rédacteur de la revue BMJ Quality & Safety. Commentant un autre article, les docteurs Andrew Smaggus et Mark Goldszmidt ont souligné : « l’échec du secteur de la santé de développer une compréhension nuancée des fondements théoriques des méthodologies de l’amélioration. »

En conséquence, ont-ils ajouté, avec un peu de provocation, « il est possible que la nécessité actuelle de poursuivre des initiatives d’amélioration de la qualité dépasse notre capacité à les mener à bien avec succès…Il se peut que nous encouragions des efforts qui donnent rapidement l’impression qu’on poursuit la qualité (pour les administratrices et administrateurs, les chefs de service et les organismes de réglementation) sans se soucier des efforts plus ardus requis pour acquérir les connaissances des concepts, mécanismes et éléments essentiels qui génèrent des améliorations significatives. »

Le rapport La qualité ça compte: Réaliser l’excellence des soins pour tous recommande que les organismes veillent à ce que non seulement 50 % leurs employés suivent une formation de base en amélioration de la qualité, mais que les universités et les collèges s’assurent que leurs programmes d’études cliniques enseignent la science de l’amélioration de la qualité à tous les étudiants.

Le rapport présente de nombreux exemples d’enseignement de l’AQ :

  • IDÉES (programme pour l’excellence à travers tous les secteurs), initiative provinciale qui comprend deux programmes agréés d’amélioration de la qualité, des ressources en ligne et un programme pour les anciens étudiantes et étudiants portant sur la création et l’entretien d’une culture dynamique d’amélioration de la qualité.
  • FORCES, programme de formation pour cadres offert par la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé.
  • Des forums qui appuient la capacité du système, tels que notre conférence annuelle Transformation Qualité de la santé et le Forum 2017 sur l’amélioration de la qualité et la sécurité des patients que nous co-parrainons.

La réussite de ces programmes est illustrée par des projets tels que ceux proposés par le programme IDÉES dans le cadre duquel les participantes et participants étudient un sujet pendant cinq mois, puis développent et mettent en œuvre un projet d’amélioration de la qualité dans leur propre organisme ou au sein du système de santé local.

Ce programme a abouti à des initiatives d’amélioration de la qualité tangibles en milieu communautaire, comme améliorer l’accès aux soins pour les personnes souffrant de maladie mentale et de dépendances ou concevoir des processus d’admission et des plans de soins coordonnés électroniques viables. Depuis la création du programme, 500 personnes l’ont suivi et créé 160 projets d’AQ.

Selon le rapport La qualité ça compte « …le renforcement de la capacité en matière d’amélioration de la qualité est une question d’offre et de demande : il faut non seulement davantage de données à se mettre sous la dent, mais aussi stimuler l’appétit pour s’améliorer continuellement. »

En appliquant des principes scientifiques à l’enseignement de l’amélioration de la qualité et de façon continue, tous ceux et celles qui souhaitent que notre système de santé offre des soins de meilleure qualité peuvent contribuer à la réalisation de cet objectif.

Article précédent La Twittersphère permet des échanges importants sur la qualité des services de santé
Article Suivant Journée du changement : C’est vous qui faites la différence
Imprimer

Faire un commentaire

Nom:
Courriel:
Commentaire:
Ajouter un commentaire

Name:
Email:
Subject:
Message:
x

Aidez-nous à améliorer le système de santé pour tous les Ontariens

Participez à notre programme de consultation des patients, des familles et du public

Les patients, les familles et le public jouent un rôle essentiel dans le processus d’amélioration de la qualité des soins de santé

Claude Lurette et Kowsiya Vijayartnam, coprésidents du Conseil consultatif des patients, des familles et des personnes soignantes de Qualité des services de santé Ontario

Abonnez-vous à notre bulletin

La qualité des soins pour tous les Ontariens vous tient à cœur? Tenez-vous au courant de nos nouveaux programmes, rapports et infos

Sign Up for our Newsletter