Skip to main content
Back

Blogue

Partenariat avec les patients : un mouvement en plein essor

Discussion entre la conseillère patiente Diane McKenzie et Jennifer Schipper, chef, Communications et participation des patients

Diane McKenzie : Le partenariat avec les patients signifie de créer des liens plus profonds et à long terme avec les professionnels de la santé qui mènent à une meilleure qualité des soins de santé. Ce travail porte sur les défis à surmonter. En relevant ces défis ensemble, les patients et les organismes peuvent faire des changements considérables. Ce n’est pas simple. Mais ensemble, nous arrivons à de meilleurs résultats.

Jennifer Schipper : À mes débuts chez Qualité des services de santé Ontario il y a plus de quatre ans, j’avais le désir de mobiliser les patients et de découvrir de quelle façon il nous était possible de collaborer.

L’une de mes premières rencontres fut avec le président fondateur de Patients Canada, Sholom Glouberman, qui m’a dit : « Jennifer, les patients ne veulent pas être fiancés quand il est question d’amélioration aux soins de santé, ils veulent être mariés. »

Cette phrase de Sholom et ce sentiment me sont restés en tête depuis, et ont aidé à orienter comment Qualité des services de santé Ontario travaille à aider les patients, les professionnels des soins de santé et les organismes à réellement s’associer pour améliorer de façon efficace la qualité des soins de santé.

La vitesse à laquelle tout ceci se produit et les changements associés au langage entourant cette tendance peuvent être accablants pour ceux qui n’y participent pas directement. Par exemple, le concept de « participation du patient », si dominant récemment, a été largement remplacé par le concept plus proactif de partenariat.

À la hauteur 2018 : Défis complexes

Anna Greenberg

L’engorgement des hôpitaux et la médecine de couloir sont des réalités auxquelles est aujourd’hui confronté le système de soins de santé de l'Ontario. Le fait que ces réalités représentent à la fois une source et un symptôme des pressions exercées sur les patients et les cliniciens de première ligne met évidence la complexité des défis pour améliorer la situation.

Voilà l’un des principaux messages se dégageant de À la hauteur 2018, le rapport annuel de Qualité des services de santé Ontario sur le rendement du système de santé de la province.

Le rapport documente les effets en cascade de l’engorgement des hôpitaux, par exemple des temps d’attente plus longs avant une admission à l’hôpital depuis les services des urgences; des temps d’attente plus longs avant un transfert de l’hôpital vers d’autres types de soins – notamment des soins de longue durée ou des soins à domicile; un accès insuffisant à des soins e santé mentale et lutte contre les dépendances. À une époque où un nombre sans cesse croissant de patients ont des besoins médicaux complexes, ces facteurs de stress sur le système contribuent également à augmenter le niveau de détresse chez les aidants naturels non rémunérés.

Santé numérique : Transformation des soins et valeur ajoutée

By Lee Fairclough

C’est la Semaine de la santé numérique, une reconnaissance annuelle du pouvoir de transformation des technologies numériques en santé afin de soutenir l’offre des soins de santé.

Il ne fait aucun doute qu’une telle transformation est souhaitée par les patients et les soignants. Inforoute Santé du Canada observe que 80 % des patients veulent avoir accès à leurs propres dossiers et à d’autres solutions numériques pour la santé. Cet enthousiasme a récemment été confirmé dans le cadre d’un sondage commandé par l’Association médicale canadienne. Ce sondage révélait que :

• Les trois quarts des Canadiens voudraient que la technologie soit plus présente dans le système de soins de santé
• Sept Canadiens sur dix profiteraient des consultations virtuelles avec un médecin, et bon nombre d’entre eux croient que ces visites se traduiraient par des soins plus rapides, plus de commodité et plus de soins en général.
• Plus de la moitié (56 %) d’entre eux seraient disposés à porter un appareil mobile qui surveillerait leur santé de façon continue.

En dépit de ces chiffres, les soins numériques font leur apparition de façon relativement lente en Ontario et dans le reste du Canada pour différentes raisons liées aux défis de mettre en place l’infrastructure appropriée, aux préoccupations en matière de protection de la vie privée et de sécurité et une certaine résistance de la part des fournisseurs de soins de santé et des patients.

Bilan de ce que j’ai appris au sujet de la qualité…

by Dr. Joshua Tepper

Mon mandat de cinq ans à titre de président-directeur général de Qualité des services de santé Ontario touche très rapidement à sa fin. Je suis probablement un peu nostalgique et introspectif de nature et ce temps de transition m’a donc amené à réfléchir à ce que j’ai appris au cours des cinq dernières années sur l’amélioration de la qualité (AQ).

Pour ce qui est du contexte, il est bon de savoir que, même si j’ai probablement apporté un certain ensemble de compétences et de connaissances utiles au poste de PDG, je n’avais pas une expérience approfondie ni une formation officielle en AQ. Ces réflexions ne portent donc pas sur une vie (ou des décennies) de réflexion sur l’AQ, mais bien sur les dernières années.

Pour être clair, il ne s’agit pas d’une réflexion ou d’une volonté de résumer l’excellent travail que QSSO et ses partenaires ont accompli au cours des cinq dernières années. Il s’agit plutôt d’un regard personnel sur ce que je considère comme des thèmes clés dans le domaine encore émergent et en évolution rapide de l’amélioration de la qualité des soins de santé.

Je reconnais que j’ai déjà publié certaines de ces idées dans d’autres blogs. De plus, une série récente de commentaires (qui ne forment pas vraiment un discours), lors de la remise des diplômes d’une cohorte IDEAS, ont également abordé certains de ces thèmes. Toutefois, je peux aussi dire sans risque de me tromper que je n’ai jamais rassemblé toutes ces idées en un seul endroit et que c’est de loin le plus long blog que j’aie jamais écrit. En fait, d’après Pat Rich, qui m’a aidé à éditer ce texte, j’aurais dû l’intituler « Le long adieu ».

En guise de simple procédé littéraire, je vais regrouper ces idées en « 8 P ».

Défis et possibilités : TQS 2018

by Dr. Joshua Tepper
Il est tout à fait normal que la plus grande conférence au Canada, et l’une des plus importantes au monde qui porte exclusivement sur la qualité de la santé, se penche franchement sur les défis que pose la prestation de soins de santé de qualité en 2018.

Il est tout aussi clair qu’entendre des témoignages et discuter avec des professionnels de la santé de première ligne, des patients, des membres de leur famille et d’autres personnes qui faisaient partie des 3 000 délégués qui ont assisté à notre conférence, que les personnes présentes sont prêtes à relever ces défis et à respecter les six principes sur lesquels les soins de qualité devraient être fondés, c’est-à-dire l’efficience, le respect des délais, la sécurité, l’efficacité, le souci du patient et l’équité.
12345678910Dernier

Aidez-nous à améliorer le système de santé pour tous les Ontariens

PARTICIPEZ À NOTRE PROGRAMME DE CONSULTATION DES PATIENTS, DES FAMILLES ET DU PUBLIC

Les patients, les familles et le public jouent un rôle essentiel dans le processus d’amélioration de la qualité des soins de santé


Man smiling

ABONNEZ-VOUS À NOTRE BULLETIN

La qualité des soins pour tous les Ontariens vous tient à cœur? Tenez-vous au courant de nos nouveaux programmes, rapports et infos

Health Quality Connect - Health Quality Ontario's newsletter - on an iPad and a cell phone