Skip to main content
Back

Blogue

Anonym

S’associer aux familles pour améliorer l’expérience des patients

Nouvelle campagne invitant les hôpitaux à prolonger les heures de visite.

Avec mon épouse, nous avons vécu récemment des moments extraordinaires lors de la naissance de notre dernière petite fille. Grâce aux heures de visite flexibles autorisées à l’hôpital, ensemble, nous avons partagé cet incroyable moment de bonheur.

Tout le monde n’a pas eu cette chance.

Colin par exemple, sujet d’un récent article paru dans Healthy Debate en mars cette année. L’épouse de Colin, sur le point d’accoucher, a été admise dans un hôpital de taille moyenne dans le sud de l’Ontario. Ce fut une expérience désagréable, mon épouse et mon bébé ayant été placés dans une chambre à deux lits à 5 h 30 du matin. Du fait des heures de visite limitées, Colin n’a pu passer la nuit avec eux.

L’expérience de Colin est plus commune que la mienne, semblerait-il, d’après une nouvelle étude publiée récemment par la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS). Seulement 18 % des 114 hôpitaux de soins actifs qui ont participé à l’étude de la FCASS appliquent des heures de visite 24 heures sur 24 ou « flexibles ». La plupart de ces hôpitaux sont situés en Colombie-Britannique. La FCASS étudie comment les heures de visite allant de 24 heures sur 24, sept jours sur sept dans certains hôpitaux à peine deux heures (18 h 30 à 20 h 30) dans d’autres.

En ma qualité de professionnel de la santé, j’ai rencontré ma juste part de patients effrayés, anxieux ou perturbés. J’ai aussi constaté à quel point la présence d’un membre de la famille peut être réconfortante. Le rapport de la FCASS mentionne plusieurs autres études réalisées aux États-Unis par l'Institute for Patient and Family Centered Care et le U.S. Department of Health and Human Services qui montrent que la présence des familles est bénéfique pour les patients, les familles, les aidants, voire même les hôpitaux, en réduisant les taux de réadmission et en améliorant le respect de la médication. Du point de vue du professionnel de la santé, assister aux interactions des patients avec leurs proches nous donne aussi une meilleure idée de leur vie personnelle et nous permet de mieux adapter les soins que nous fournissons.

Il n’est pas surprenant d’apprendre, selon les données venant de sondages de la FCASS, que 90 % des professionnels de la santé appuient la présence des familles. Toutefois, il est surprenant de constater que ces mêmes données montrent que moins d’un quart des hôpitaux de soins actifs du Canada ont mis en place des heures de visite favorisant cette présence.

Qualité des services de santé Ontario appuie les six dimensions de la qualité reconnues dans le monde entier. L’une de ces dimensions traite du besoin fondamental d’axer les soins sur le patient, c’est-à-dire des soins respectueux et tenant compte des préférences, des besoins et des valeurs de chacun. Mettre en place des heures de visite plus flexibles pour les familles et les aidants est un bon exemple de soins axés sur le patient. C’est pourquoi je suis fier d’appuyer la campagne Better Together: Partnering with Families campaign au Canada.

La FCASS et l’U.S. Institute of Patient and Family Centered Care se sont associés pour lancer la campagne Better Together afin de promouvoir des heures de visite plus flexibles pour les familles dans les hôpitaux. Ensemble, les deux organismes inviteront 1 000 hôpitaux nord-américains à ne plus limiter les heures de visite et à instaurer de nouvelles heures flexibles avant la fin de 2017.

Cette campagne préconise des soins axés sur le patient et l’idée que les familles sont des partenaires (et non de simples visiteurs) dans la conception des soins dans tout le secteur hospitalier. Bien que les changements se produisent rarement du jour au lendemain, la campagne favorisera un dialogue plus ouvert entre le personnel, les patients, les familles et les aidants et la mise en place de politiques d’heures de visite plus cohérentes dans tous les hôpitaux du Canada.

Il en résultera, espérons-le, moins de cas comme celui de Colin et plus d’histoires de patients, de familles et d’aidants qui travaillent ensemble pour créer une expérience de soins optimale.

Article précédent Des occasions d’apprendre: tirer un enseignement des plaintes des patients
Article Suivant Les pressions augmentent sur les services d’urgence en Ontario
Imprimer

Faire un commentaire

Nom:
Courriel:
Commentaire:
Ajouter un commentaire

Name:
Email:
Subject:
Message:
x

Aidez-nous à améliorer le système de santé pour tous les Ontariens

Participez à notre programme de consultation des patients, des familles et du public

Les patients, les familles et le public jouent un rôle essentiel dans le processus d’amélioration de la qualité des soins de santé

Claude Lurette et Kowsiya Vijayartnam, coprésidents du Conseil consultatif des patients, des familles et des personnes soignantes de Qualité des services de santé Ontario

Abonnez-vous à notre bulletin

La qualité des soins pour tous les Ontariens vous tient à cœur? Tenez-vous au courant de nos nouveaux programmes, rapports et infos

Sign Up for our Newsletter