Skip to main content
Back

Blogue

Dr. Joshua Tepper
Dr. Joshua Tepper

Qualité des soins : Parlons-en

(Le 20 juin, je dirigerai une discussion sur Twitter autour de la qualité et des soins de santé. Ce blogue donne le contexte de cette conversation)

Nous reconnaissons tous la qualité dans un vêtement, un véhicule ou une conversation.

Mais définir la qualité dans des soins de santé ou un système de santé est une autre paire de manches.

Comme le déclarait un récent rapport préparé par Qualité des services de santé Ontario :

La qualité des soins de santé est un concept complexe et difficile à expliquer. Cependant, lorsque l’on vit la qualité, elle est sans équivoque. Lorsqu’un patient reçoit le traitement approprié au bon moment et au bon endroit, il s’agit de la qualité des soins de santé. Lorsqu’un médecin de soins primaires et un spécialiste parviennent à travailler de concert dans le meilleur intérêt d’un patient, il s’agit de la qualité des soins de santé. Lorsque les bailleurs de fonds et les établissements du système disposent des renseignements dont ils ont besoin en temps opportun pour façonner des politiques et des procédures fondées sur des données probantes, il s’agit aussi de la qualité des soins de santé.

Les discussions autour de la qualité des soins de santé peuvent avoir un effet unificateur, mais elles peuvent aussi diviser, surtout quand le sens n’est pas entièrement clair. Lorsqu’une conversation de qualité s’élargit, en plus de se renforcer elle devient plus complexe.

En 2010, la Loi sur l’excellence des soins pour tous a été adoptée en Ontario et a établi Qualité des services de santé Ontario et son mandat de conseiller de la province en matière de qualité des soins de santé. Depuis 2010, Qualité des services de santé Ontario s’applique à quantifier et à qualifier exactement ce que la qualité signifie dans le contexte de la santé et du système de santé.

La publication en 2015 d’un rapport par Qualité des services de santé Ontario en 2015 est une mesure importante qui établit le bien-fondé d’un cadre provincial d’amélioration de la qualité et présente un ensemble de principes et de facteurs clés qui doivent être pris en compte pour axer la qualité au cœur du système de santé.

Au cœur de ce travail était l’énoncé des six domaines d’un système de santé de haute qualité (empruntés de l’Institute of Medicine), à savoir : sûr, efficace, centré sur le patient, opportun, efficient et équitable.

C’est de là qu’émane la vision de soins de qualité :

Le système de soins de santé de l’Ontario est l’un des meilleurs au monde en ce qu’il produit des résultats inégalés au chapitre des six dimensions de la qualité. Il est équitable, tient compte des patients et des familles et a une détermination sans faille en faveur de l’amélioration.

Après avoir établi la vision et les principes qui sous-tendent un système de qualité, le comité chargé de ce projet a exploré plus en profondeur la façon de mettre en place un tel système en Ontario.

Ce rapport, qui a été publié en avril, reconnaît que l’Ontario n’a toujours pas de système de santé de haute qualité pour tous, celui-ci ne fonctionnant bien que pour certaines personnes, qui ont certaines affections et sont traitées une partie du temps. Le rapport énonce un certain nombre de recommandations pour les organismes, dont Qualité des services de santé Ontario, concernant la façon de mieux comprendre des soins de qualité et de fournir des soins et d’encourager une culture de qualité.

Tous les intervenants du système doivent participer à la discussion sur la qualité dans les six dimensions – des gouvernements aux hôpitaux et instances sanitaires, aux membres du personnel soignant, patientes et patients et aidantes et aidants.

Ces conversations sont essentielles si on veut avancer et faire de la qualité des soins pour tous une réalité dans la province.

Dialoguez avec nous sur Twitter, le mardi 20 juin, 13 heures HE, lorsque @hqontario dirigera une conversation sur la qualité modérée par le PDG @drjoshuatepper #HQChat. Cette conversation reposera sur les quatre questions suivantes.

Q1 Que signifient pour vous des soins de santé de qualité?

Q2 Quels sont, selon vous, les obstacles à la mise en place d’un système de qualité en Ontario

Q3 Quels exemples de soins de qualité pouvez-vous désigner dans le système de santé de l’Ontario?

Q4 Quelles prochaines mesures devrait-on prendre pour intégrer la qualité dans le système de santé de l’Ontario?

Article précédent L’équité dans le Nord de l’Ontario : Penser local
Article Suivant La Twittersphère permet des échanges importants sur la qualité des services de santé
Imprimer

3 comments on article "Qualité des soins : Parlons-en"

Dennis Kendel

Hoping to join


Diana Warbin

I think the easiest way to imbed quality into the health system is to make available to all Ontarians, the following: NAMI Family to Family Education Program; Strengthening Families Together; Family M.H Recovery Series(toronto.cmha.ca). Also respite coverage for those attending if possible/required. If the shortage of available Psychiatric help in Northwestern Ont. is not quickly fixable then the funding should be streamed into accessing programs currently available through the Toronto branch of the Canadian Mental Health Association.


Philip Dourado

The main thing you should do is stop using the present tense in your vision statement. "Is" fools the brain into thinking it already exists. Latest research shows this old-fashioned form of positive thinking - describe the reality you want as if it exists - creates a fake language that is used within organizations AS IF it exists already. Gradually, any voice for improvement that speaks as if the ideal vision and the ideal values stated by the organisation aren't being lived - aren't in existence yet - become seen as disloyal criticism. And you get the whole 'whistleblower' culture that infects ALL health systems across the world: the people who speak the reality and it differs from the 'official reality' in the vision, are demonised and hounded out. That's the uintended consequence of this old-fashioned approach to creating a 'vision' and then steps needed to move from the current reality to that 'vision'. You actually sabotage the journey from the start by fooling the brains of everyone involved into subconsciously defending the current culture as if you are there already. So, step one is simple: change the wording of your vision and values so they are not in the present tense. The real conversations that you need to become the dominant form of conversation in the organisation can then be built within an online community of practice for your leaders, where they learn from each other through frank, honest leadership conversations. Hope this is helpful. I used to be leadership advisor to the Director of Clinical Governance in the NHS, and I learnt this stuff the hard way through experience there. Phil Dourado, www.theleadershiphub.com

Faire un commentaire

Nom:
Courriel:
Commentaire:
Ajouter un commentaire

Name:
Email:
Subject:
Message:
x

Aidez-nous à améliorer le système de santé pour tous les Ontariens

Participez à notre programme de consultation des patients, des familles et du public

Les patients, les familles et le public jouent un rôle essentiel dans le processus d’amélioration de la qualité des soins de santé

Claude Lurette et Kowsiya Vijayartnam, coprésidents du Conseil consultatif des patients, des familles et des personnes soignantes de Qualité des services de santé Ontario

Abonnez-vous à notre bulletin

La qualité des soins pour tous les Ontariens vous tient à cœur? Tenez-vous au courant de nos nouveaux programmes, rapports et infos

Sign Up for our Newsletter