Skip to main content
Back

Blogue

Anonym

Examen intersectoriel de l’intégration des soins et point de vue du patient

Le tout dernier rapport de QSSO sur les PAQ allie les données sur l’amélioration de la qualité au point de vue du patient pour étudier la façon dont les soins sont intégrés en Ontario.

Ma série de trois blogues sur le thème de l’intégration tire à sa fin. Ces dernières semaines, j’ai présenté l’intégration comme le prochain ailleurs en matière de qualité, et la façon dont nous pouvons commencer à diriger les divers secteurs de la santé vers un système plus cohésif. J’ai aussi discuté de deux importants aspects de l’intégration: la coordination et la communication dans les soins de santé.

J’aimerais maintenant me tourner vers l’intégration à l’échelle du système, telle que la voient les patients et les aidants et telle qu’elle est décrite dans notre dernier rapport sur les plans d’amélioration de la qualité (PAQ). Les vues des patients et des aidants peuvent nous aider à étudier et à améliorer le système de santé de façon beaucoup plus détaillée que ne le font les données et les statistiques. Le rapport sur les PAQ de Qualité des services de santé Ontario, Préconiser l’intégration des soins, qui a été publié aujourd’hui, allie le point de vue des patients et les données sur l’amélioration de la qualité pour présenter une image globale des soins intégrés en Ontario.

Fondé sur les plans d’amélioration de la qualité de 2014-2015, ce rapport, est le tout premier qui traite des données des PAQ des hôpitaux, soins primaires, centres d'accès aux soins communautaires (CASC), et foyers de soins de longue durée de façon collective pour montrer une intégration intersectorielle. Un thème qui s’est dégagé clairement est la volonté de nombreux organismes de collaborer entre eux pour améliorer les transitions, et, partant, les expériences des patients et la satisfaction générale à l’égard des soins. Depuis que nous avons commencé à étudier les PAQ il y a près de cinq ans, nous avons remarqué que le nombre d’organismes qui insistent sur la nécessité de collaborer pour améliorer cet aspect des soins n’a jamais été aussi élevé.

Exemple : le graphique suivant tiré du rapport montre le pourcentage de fois qu’un secteur donné, p. ex. les hôpitaux ou les CASC, mentionne un autre secteur dans son PAQ et le désigne comme un partenaire. Le nombre de mentions a certainement augmenté, preuve que de nouveaux efforts d’intégration sont déployés dans toute la province.

Il est réjouissant de voir le nombre d’organismes qui se tournent vers l’extérieur pour trouver des solutions qui requièrent un effort collectif considérable. L’idée de responsabilité partagée ne peut que renforcer notre système de santé en général.

Évidemment, mais que signifient vraiment les pourcentages? Pris isolément, il est difficile de le savoir. Toutefois, nous obtenons une image plus précise de ce à quoi ils ressemblent dans la vraie vie quand on étudie les histoires des patients et écoute les gens nous raconter ce qui se passe vraiment derrière tous ces chiffres.

Dans le rapport, un jeune homme nous raconte comment il s’est occupé de son grand-père malade. À 20 ans à peine, Kirk Mason a dû prendre soin de son grand-père Peter qui avait fait une chute et s’était fracturé la hanche. À titre de patient et d’aidant respectivement, Peter et Kirk ont souvent ressenti beaucoup de frustration et se sont sentis dépassés lorsqu’ils ont dû s’orienter dans le système de santé.

La vidéo de l’histoire de Kirk renforce la nécessité d’un système bien intégré. Puis, nous lui avons demandé de nous décrire ce que serait, selon lui, le système de santé idéal :

Lors de mon admission à l’hôpital, le personnel pourrait accéder à mon dossier médical contenant des renseignements sur mes antécédents médicaux, mes restrictions alimentaires et mes médicaments, etc. Au moment de quitter l’hôpital, on me dirait quand un professionnel de la santé viendrait chez moi et mon médecin de famille serait informé de la situation, de même que les membres de ma famille qui se seraient proposés de s’occuper de moi si j’en suis incapable moi-même. Mais surtout, affirme-t-il, « Un système de santé intégré serait fluide et rapide.

J’aime bien savoir ce que les gens pensent, comme Kirk par exemple, car cela nous permet de savoir ce que les patients attendent de leur système de santé et ce dont ils ont besoin. J’espère que vous lirez le rapport, et que vous nous direz ce qu’est pour vous un système de santé bien intégré.

J’aimerais savoir ce que vous pensez de notre récente série sur l’intégration des soins. Tweetez avec moi à @DrJoshuaTepper ou envoyer un courriel à info@hqontario.ca.

Article précédent Les soins intégrés en ontario
Article Suivant Le programme artic présente deux nouveaux projets
Imprimer

Faire un commentaire

Nom:
Courriel:
Commentaire:
Ajouter un commentaire

Name:
Email:
Subject:
Message:
x

Aidez-nous à améliorer le système de santé pour tous les Ontariens

Participez à notre programme de consultation des patients, des familles et du public

Les patients, les familles et le public jouent un rôle essentiel dans le processus d’amélioration de la qualité des soins de santé

Claude Lurette et Kowsiya Vijayartnam, coprésidents du Conseil consultatif des patients, des familles et des personnes soignantes de Qualité des services de santé Ontario

Abonnez-vous à notre bulletin

La qualité des soins pour tous les Ontariens vous tient à cœur? Tenez-vous au courant de nos nouveaux programmes, rapports et infos

Sign Up for our Newsletter