Skip to main content
Back

Blogue

Dr. Joshua Tepper

Comprendre et traiter la complexité de la toxicomanie

Le Dr Joshua Tepper examine de près les programmes qui font de l’intégration des soins un élément prioritaire de l’amélioration des soins psychiatriques et du traitement de la toxicomanie en Ontario.

Vous avez probablement lu les récentes nouvelles sur la hausse de la consommation de fentanyl au Canada, ou de drogues synthétiques encore plus puissantes. Les journalistes et même les experts en santé publique emploient des termes comme « épidémie » et « urgence publique » pour décrire le nombre croissant de décès par overdose.

Dans mon cabinet, je constate les terribles conséquences que la toxicomanie peut avoir sur les gens de tous les milieux. Elle détruit des emplois, des familles et la santé des gens, souvent en quelques mois seulement. La complexité et la rapidité des répercussions passent souvent inaperçues dans de nombreux cas, ce qui complique encore davantage le traitement.

Ce cloisonnement entre la manière dont les soins sont prodigués et celle dont ils pourraient l’être n’est pas une fatalité, malgré cette hausse apparente de la prévalence. Venir à bout de la toxicomanie nécessite une bien meilleure intégration dans la prestation des soins entre tous les secteurs du système de santé et les divers groupes de soignantes et soignants.

Deux programmes qui produisent des résultats positifs s’attaquent à ce cloisonnement. Ils reposent sur le principe que des cheminements de soins intégrés produisent de meilleurs résultats chez les personnes qui ont des problèmes de santé mentale et de toxicomanie.

L’un de ces programmes a fait l’objet d’un article récemment dans le Globe and Mail. Il s’agit du programme META:PHI (mentorat, éducation et outils cliniques en toxicomanie: intégration des soins hospitaliers et primaires), premier projet de recherche de ce genre, qui rationalise les soins fournis par le personnel des services des urgences et des hôpitaux, les fournisseurs de soins primaires et les services communautaires de première ligne, comme les centres de sevrage et de gestion et les refuges. Si une personne qui abuse des opioïdes ou de l’alcool se présente dans un service des urgences participant, META:PHI lui assure une transition sans anicroche entre les urgences et une clinique de soins à accès rapide et un fournisseur de soins primaires.

DA VINCI (dépression et alcoolisme – validation d’une initiative de soins intégrés) est une autre initiative innovatrice qui permet aux personnes atteintes de troubles dépressifs et de dépendance majeurs d’accéder plus facilement à des soins centrés sur la personne et fondés sur des données probantes qui ciblent et traitent les deux problèmes en même temps plutôt que séparément. Les résultats cliniques suggèrent qu’une approche coordonnée peut produire de meilleurs résultats.

Comme je l’ai écrit la semaine dernière, ces initiatives reçoivent un soutien et un financement de la part du programme ARTIC, adopter la recherche pour améliorer les soins. (ARTIC a récemment lancé un nouvel appel à propositions; cliquer ici pour plus de détails.) Le soutien fourni par ARTIC permet à ces initiatives d’être déployées dans plusieurs hôpitaux et cliniques de soins primaires associés de la province. META:PHI a été lancé dans trois hôpitaux de Toronto et est maintenant mis en œuvre dans d’autres cliniques de soins primaires et hôpitaux participants à Ottawa, Sudbury, London, Owen Sound, Sarnia, St. Catherines et Newmarket. Le programme DA VINCI est maintenant déployé dans huit établissements partenaires à Toronto, Hamilton, Ottawa et North Bay.

Ces deux initiatives offrent une réelle possibilité de modifier la façon dont on traite la toxicomanie dans la province. Comme le dit un jeune homme qui a réussi à surmonter sa dépendance aux opioïdes avec l’aide du programme META:PHI dans l’article du Globe, « Je peux enfin voir le bout du tunnel. »

Article précédent Vous souhaitez une meilleure intégration des soins en Ontario? Vous avez un projet? Proposez-le dès aujourd’hui
Article Suivant Examiner les obstacles communs à la coordination des soins
Imprimer

Faire un commentaire

Nom:
Courriel:
Commentaire:
Ajouter un commentaire

Name:
Email:
Subject:
Message:
x

Aidez-nous à améliorer le système de santé pour tous les Ontariens

Participez à notre programme de consultation des patients, des familles et du public

Les patients, les familles et le public jouent un rôle essentiel dans le processus d’amélioration de la qualité des soins de santé

Claude Lurette et Kowsiya Vijayartnam, coprésidents du Conseil consultatif des patients, des familles et des personnes soignantes de Qualité des services de santé Ontario

Abonnez-vous à notre bulletin

La qualité des soins pour tous les Ontariens vous tient à cœur? Tenez-vous au courant de nos nouveaux programmes, rapports et infos

Sign Up for our Newsletter